LES FAUTEUILS VOLANTS : Notre défi en traîneau à chiens dans le nord du Canada

LES FAUTEUILS VOLANTS : Notre défi en traîneau à chiens dans le nord du Canada

Résumé : Pendant ce temps là, le groupe B profite du site du Camp des Ecorces et auront le plaisir de s'initier au trappage, à la motoneige,... Ils mangeront… dehors ! ...
 
Par le

Lire les chapitres précédents : http://www.handica.com/acces_themes/article.php?cat=1.0.0.0&art=908

2 jours de randonnée avec une nuit sous tente.
Pendant ce temps là, le groupe B profite du site du Camp des Ecorces et auront le plaisir de s'initier au trappage, à la motoneige,... Ils mangeront… dehors ! Deux personnes du site les encadrent. Ils feront un feu sur le lac, cuiront leurs sandwichs sur des branches avant de s'élancer sur des luges pour des descentes inoubliables.
Tout ceci fait très " vacances d'aventures… " C'est bien davantage que ça. Chaque geste posé était magnifique. Quand on ne sait pas marcher ou approximativement, qu'on ne bouge presque pas et qu'on réalise les activités que je viens d'énoncer, on s'amuse, bien entendu, mais surtout on réalise des exploits. Aller de la motoneige à la luge, du dortoir au sauna, de Jaime à Baïkal (ce sont des chiens) est une expédition.
La volonté fut leur mot clé. Céline réalisera un collet. Avec succès puisque le lendemain, il n'y avait plus qu'à cueillir le lièvre…
Les 7 autres protagonistes, sont dans la forêt boréale, toute cousue de fil blanc. Le silence est d'or. Accompagnés par le bruit des patins sur la neige, la respiration des chiens et les consignes du musher. Que d'émotions…
Le matin du départ du 1er groupe en traîneau était très fort. L'ambiance est à son paroxysme. On procède à l'attelage des chiens, à la formation des équipages " Estelle sera avec Tony, Marie avec Janic, Thibault avec Patrice et Ludovic avec Jean François ".
Ludovic part en premier. Il est mû par 9 chiens. Le départ est fulgurant. Pareil pour les autres traîneaux.
C'est incontestablement le moment le plus fort. Des mois qu'on attend ça. Qu'on s'investit, qu'on cherche des budgets… l'Instant est arrivé. Les jeunes sont dans leurs traîneaux, couverts jusqu'aux dents. Les cœurs battent plus forts, l'adrénaline monte. On va lever l'ancre dans quelques secondes…
Au moment précis où ces formules 1 des neiges reçoivent le feu vert, ceux restés sur place ont les larmes aux yeux. Les voilà livrés à eux mêmes. Avec le savoir faire et toute l'attention d'un homme et l'endurance de ces animaux exemplaires. La piste est bosselée. Mauvaise nouvelle, la suspension ne fonctionne pas avec les jeunes trop légers. C'est le cas d'Estelle qui souffrira du dos le lendemain. Mais ce n'est rien à côté de l'harmonie de son équipage. Entre elle, Tony et ses 6 chiens, quelque chose se passe, des liens se créent. Les yeux s'ouvre sur une nature splendide. Tony motive ses chiens. Estelle apprend le langage du musher et s'émerveille devant la docilité des animaux envers leur maître. Djee djee pour " en avant ". Les traîneaux se suivent de près. On ne croisera personne. On est comblé. C'est la communion des hommes et de la nature qui assiste à cette performance. Pour la première fois, un groupe de jeunes belges atteint d'un handicap moteur traverse des sentiers canadiens sur des traîneaux novateurs. On a réussi !
La fin du parcours de la journée, c'est la traversée du lac clair. Magistral. De l'autre côté. Un campement, tout ce qu'il y a de plus rudimentaire. Une tente prospecteur (avec un poêle à bois à l'intérieur), un grand feu, un sentier où les chiens seront attachés pendant la nuit et puis les traîneaux posés là, sur le côté.
On était déjà dans l'extrême. On passait à l'improbable. Les valides avaient déjà bien du mal à se mouvoir dans cette tente. Alors pour déplacer les jeunes, c'était du sport. Surtout pour les petits besoins naturels… Là aussi, l'enthousiasme a fait la différence.
Tony a allumé le feu. Les ados avaient une lampe frontale pour éclairer le site tant que faire se peut. On a cuit des saucisses, on a fait un trou dans le lac pour avoir de quoi boire et faire du café. On a mangé dehors… il faisait moins 20…
Personne n'a fait la grimace.

Lire la suite de l'article : http://www.handica.com/acces_themes/article.php?cat=1.0.0.0&art=910