Prix Intégrance-Handi-livres : des mots sur la vie

Prix Intégrance-Handi-livres : des mots sur la vie

Résumé : La remise des prix de la cinquième édition d'Handi-livres s'est déroulée vendredi à Paris en présence de Robert Hossein. Elle récompense ceux qui, dans leurs écrits, contribuent à une meilleure connaissance des questions de handicap.
 
Par le

Paris, 15 octobre 2009. La salle est comble. En tête d'affiche : Robert Hossein. Une nouvelle superproduction de l'insatiable metteur en scène ? En y regardant de plus près, ce qui se joue ici est bien différent. Ils sont venus, ils sont tous là, pour assister à la remise des trophées du « Prix Handi-livres ». Patrick Gohet, encore délégué interministériel aux personnes handicapées pour quelques jours, Ryadh Sallem, président de Défistival, Rachel Boulenger-Dumas, initiatrice du Festival Orphée... Tous spécialistes du handicap, membres du jury de cette cinquième édition. Une quinzaine de personnalités qui, jusqu'au dernier moment, débattent et délibèrent pour choisir ses lauréats.

Soutenir les auteurs

Robert Hossein, qui a depuis le début de cette aventure accepté la présidence du jury, fait son entrée. La cérémonie peut commencer. Jean Barucq, président de la Mutuelle Intégrance, prend la parole. Honneur très légitime puisque c'est cette mutuelle, spécialiste de l'assurance et de la prévoyance des personnes handicapées depuis trente ans, qui a créé ce prix en 2005. Handi-livres a pour vocation de promouvoir et d'encourager les auteurs qui, soit traitent du handicap dans leurs écrits, soit sont handicapés eux-mêmes. Pour cette édition 2009, 26 ouvrages ont été sélectionnés dans cinq catégories : roman, biographie, guide, livre lu et jeunesse. Malgré sa création récente, ce prix a été rapidement et favorablement accueilli par les grandes maisons d'édition mais il offre aussi un véritable soutien aux auteurs en situation de handicap qui souhaitent publier leur prose puisque dans la sélection figurent certains ouvrages publiés à compte d'auteur, c'est-à-dire à la charge de ce dernier. Grâce à la reconnaissance offerte par un tel prix, ils peuvent ensuite espérer être édités dans de meilleures conditions et à plus grande échelle.

Au fil des proclamations, on appelle les lauréats mais le podium reste vide. L'envie d'y être, explique un éditeur dans une lettre, mais manque de moyens pour se déplacer ! Le secteur de l'édition souffre de la crise. Alors que dire de ces « petites maisons » qui prennent le risque d'aborder un thème pas particulièrement vendeur !

Jeunes auteurs de talent
Des beaux moments tout de même... L'enthousiasme spontané et inattendu des jeunes élèves de l'association Valentin Haüy, concourant dans la catégorie jeunesse. Certainement déçus de ne pas avoir été choisis, ils reçoivent un hommage de rattrapage pour leur recueil « Les trois meilleurs amis ». Assa, Aurélie, Brahim... s'emparent du micro, comme les pros, pour un discours ému. Ils sont mal ou non-voyants, et innovent, créent, dessinent. Face à si belle volonté, le jury s'incline et leur décerne une « mention spéciale ». Respect !
C'est le livre blanc « Handicaps et sexualités » de Marcel Nuss qui reçoit à son tour le « Prix spécial du jury ». Patrick Gohet, avec une admiration sincère, évoque l'esprit brillant de cet homme lourdement handicapé, trachéotomisé et alité qui s'engage avec obstination et fermeté sur ce sujet excessivement tabou.

Déclaration en live
Pour finir en sentiments, touche « Coup de cœur - Intégrance » décerné à « Le huitième jour, avant, pendant et après ». Pascal Duquenne, partenaire mémorable de Daniel Auteuil dans ce film culte, a fait le déplacement avec ses parents. Mais c'est sa maman, surnommée affectueusement Mamy cacahuète, qui lui vole la vedette. Elle en profite pour faire une déclaration à Robert Hossein, un fantasme de jeunesse. La fan de 75 ans reçoit en retour un chaste baiser de son idole. Happy end... ou un nouveau chapitre à écrire ?

Les lauréats du prix Handi-livres 2009, à lire de toute urgence :

- Roman : « La grande éclaire », de Virginie Langlois, éditions Acte sud.
- Biographie : « Enfance gommée », de Chantal Bruno, éditions Desclee de Bruwer
- Guide : « Vivre avec le handicap au quotidien », de Bernadette Soulier, éditions Interédition-Dunod.
- Livre jeunesse : « Le lion de Léonie », d'Aude Morel, éditions d'Orbestier.
- Livre lu : « J'arrive où je suis étranger », de Jacques Semelin, lu par Pascal Barsat, adapté par l'association Lire dans le noir.
- Coup de cœur : « Le huitième jour », propos de Pascal Duquenne, France Europe Editions.
- Mention spéciale : « Les trois meilleurs amis » (catégorie jeunesse), réalisé par l'association Valentin Haüy.
- Prix spécial : « Handicaps et sexualités », de Marcel Nuss, éditions Dunod

Commentaires

Réagissez à cet article
 

Le 17/10/2009 par laurence :
Je rajouterai à ce palmarès le superbe et touchant livre de Thierry Décloître "l'éternelle spectatrice" aux éditions Desclée de Brower, qui a écrit un témoignage dans lequel tous les parents d'enfants handicapés se retrouvent,ce papa qui n'a jamais eu de reconnaissance du monde de l'édition (entre autres) a pourtant une écriture magnifique, il mérite lui aussi d'être lu de toute urgence.

Le 17/10/2009 par Gérard Coudougnan :
Je savais que les prix littéraires majeurs étaient « trafiqués », j'avais la naïveté de croire que l'on était à l'abri de ce genre de manipulations dans une opération destinée à améliorer la perception du handicap. Je reste donc, dans mon fauteuil, au bas des marches où l'on s'affaire entre valides et où l'on valorise le marché en oubliant ceux qui ne peuvent pas ou plus marcher. Je ne marcherai plus jamais dans ce genre de combinazzione et le bandeau « Prix Handi- Livres » sera pour moi, et beaucoup de mes amis celui des « petites affaires entre amis », d'un groupe qui laisse les handicapés moteurs au bas d'un buffet inaccessible, aux boissons au goût amer et aux amuse-gueules à la saveur de « foutage de gueule ».

Le 19/10/2009 par Crépuscule :
Je suis aussi d'accord avec Laurence sur ce point. Combien écrivent bien ? Démocratie participative ? Il y a très peu d'écrit sur les parents d'enfants dits "handicapés". Ce serait sans doute dévoiler au grand jour, la vérité.

Le 19/10/2009 par linda :
Gérard, votre commentaire me semble bien amer et pas très respectueux pour le jury et les lauréats Handi-Livres en qualifiant ce prix de "trafiqué"

Le 19/10/2009 par Crépuscule :
Gérard a mis des guillemets dans "trafiqué" ! Le mot est donc mis en crochet, pour ne pas prendre cela au pied de la lettre, cela est une critique.
Faut dire, c'est bien, c'est bien. Ne pas choisir de dire, c'est bien, sans dire c'est mal. Mais être objectif.
Les guillements, c'est juste pour ouvrir un débat parce qu'il y en a bien besoin de nos jours.

Le 20/10/2009 par michel :
linda trouve que Gérard n'est pas très respectueux pour les lauréats mais alors que penser du respect des handicapés exclus du buffet faute d'accessibilité, bravo pour un salon handi-livres et puis nul n'ignore l'influence ou l'impact des grands noms..

Le 21/10/2009 par Gérard Coudougnan :
Linda, mon texte était + lg ! J'expliquais qu'un prix roman accordé parce que mutuelle et éditeur (Actes Sud)avaient la même banque, ce n'était pas sérieux et peu valorisant pour la lauréate. Quant au buffet inaccessible aux fauteuils roulants

Le 21/10/2009 par Gérard Coudougnan :
Merci Crépuscule ... récompenser Marcel Nuss, c'est vraiment bien. Il y a des sites (handigay et handilove) qui oeuvrent bénévolement ds le meme sens. L'audace aurait été de couronner L'Or d'Alexandre avec un héros tétra ... gay !

Le 30/01/2010 par Labiscarren :
Mon récit relate un parcours ; mon témoignage par écrit me semble utile pour démontrer, de par ma difficile expérience, quelle est la grandeur, quelle est la force de ce qui nous fait avancer, jour après jour, la force de ce phénomène que j'ai bien failli perdre... la Vie!

Soumettre un commentaire
Rappel : merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux... Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants.