Demain, sus au donjon !

Demain, sus au donjon !

Résumé : La fondation demeure historique pour l'avenir du patrimoine, créée en 2008, lance une aide à projets favorisant l'accessibilité dans les monuments français. Visite guidée avec Christophe Ghénassia, son porte-parole.
 
Par le

Handicap.fr : Présentez-nous votre fondation.
Christophe Ghénassia : Elle a vu le jour sous l'égide de la Fondation de France et répond au désir de propriétaires de bâtiments historiques de valoriser leur patrimoine en le rendant accessible.

H : Quelles sont ses ambitions ?
CG : Nous avons trois missions : encourager la conservation, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine protégé au titre des monuments historiques (bâtiments et jardins), développer toute action de formation relative à ce patrimoine et favoriser son accès au plus grand nombre, notamment aux personnes en situation de handicap.

H : De quelle manière cette fondation s'implique-t-elle ?
CG : 100 000 €, soit un tiers des fonds initiaux, sont affectés à des projets et des bourses. 30 000 sont consacrés à l'accessibilité des monuments et 20 000 à celle des jardins, et 30 000 à la restauration. Deux bourses de 5 000 € sont destinées à soutenir des étudiants dans le domaine culturel, l'économie, le droit... Deux autres bourses de 5 000 € encouragent des étudiants dans la formation aux métiers d'art (clôture des dossiers au 28 mai).

H : L'accessibilité, c'est vraiment une préoccupation majeure aujourd'hui ?
CG : Rendre accessibles les œuvres capitales de l'humanité et assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel, c'est répondre à la mission qu'André Malraux assignait au ministère de la Culture lors de sa création en 1959. Soixante ans plus tard, Christine Albanel annonce que les Journées Européennes du Patrimoine 2009 auront pour thème : l'accès des personnes en situation de handicap aux musées et aux sites des monuments historiques.

H : Quels types de projets souhaitez-vous soutenir ?
CG : Toutes les bonnes idées sont les bienvenues, aussi bien pour les bâtiments que pour les jardins : aménager une rampe d'accès, proposer des supports pédagogiques adaptés ou de la signalétique en braille ou encore des guides en langue des signes... Les candidats ont jusqu'au 30 avril pour déposer leur dossier. Les résultats seront annoncés en septembre, avant les Journées du patrimoine. Nous espérons pouvoir reconduire ces aides à projet dans le futur.

H : Ca représente quel potentiel ?
CG : La France possède près de 43 000 immeubles protégés, aussi bien des moulins, des châteaux que des façades... 35% sont classés et 65% inscrits sur la liste des monuments historiques. Près de la moitié appartient à des propriétaires privés.

H : Vous êtes concerné à double titre : vous vous déplacez en fauteuil roulant et vous êtes propriétaire d'un moulin.
CG : Oui, en effet. Il y a six 10 ans, avec mon épouse, nous sommes tombés amoureux du Moulin de la Bellassière (28). C'était une ruine, que nous avons souhaité remettre debout. Il sera ouvert au public 40 jours par an. Le fait que je me déplace depuis deux ans en fauteuil roulant est le point de départ de ma réflexion sur les possibilités d'accueil de tous, quelles que soient leurs différences. En plus de rendre tous les étages du bâtiment accessibles grâce à un ascenseur en verre, nous souhaitons réaliser un jardin olfactif et sensitif. Nous installerons des panneaux en braille et mettrons des casques à disposition des visiteurs malentendants...

H : Votre projet a valeur d'exemple ?
CG : J'ai en effet la volonté qu'il devienne un modèle pour ceux qui souhaitent permettre l'accès des monuments historiques à tous, y compris les familles avec jeunes enfants et les personnes âgées. N'oublions pas que si nous ne prenons pas ces mesures rapidement, nous priverons de plus en plus de personnes de l'accès à ce patrimoine historique commun en raison du vieillissement de la population.

H : N'est-ce pas illusoire de penser que tous ces bâtiments anciens pourront être accessibles un jour ?
CG : Je vous rappelle l'obligation pour les bâtiments recevant du public d'être mis en accessibilité d'ici 2015. La France est très en retard dans ce domaine, contrairement à la Suède ou la Norvège. Certes, cela sera difficile mais le frein sera le même pour un donjon médiéval que pour certains de nos tribunaux ou bâtiments administratifs. Mais nos efforts iront, malgré toutes les difficultés, dans ce sens.

H : Existe-t-il une liste des monuments historiques aujourd'hui accessibles ?
CG : Le site des Monuments nationaux propose cette information mais, pour une liste complète de tous les autres, j'avoue ne pas connaître son existence. Il faudra y songer !
J'espère sincèrement que cet article suscitera des projets que nous pourrons aider, des étudiants que nous pourrons soutenir dans le cadre de la Fondation.

Fondation Demeure Historique
33 rue des Bernardins - 75005 Paris
Tél. : 01 55 42 60 00
http://www.fondationdemeurehistorique.fr.

Commentaires

Soumettre un commentaire
Rappel : merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux... Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants.