Où on va, Papa ? Best seller !

Où on va, Papa ? Best seller !

Résumé : Lu pour vous,dévoré pour vous! 200 000 lecteurs ne s'y sont pas trompés. Nourri par l'expérience de cet écrivain père de deux garçons handicapés, le dernier roman de Jean-Louis Fournier Où on va, papa ? offre, à tous, une belle bouffée d'hum
 
Par le

Jean-Louis Fournier, c'est qui ?
Jean-Louis Fournier, 69 ans est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont plusieurs succès : une Grammaire française et impertinente, Satané Dieu, Mouchons nos morveux. Mais aussi Il a jamais tué personne, mon papa qui traite des ravages de l'alcoolisme, déjà avec humour. Si on vous dit que Jean-Louis est un ami de Pierre Desproges, vous aurez tout compris. Depuis toujours, il manie l'humour avec insolence et talent. Il publie Où on va, papa ?, aux éditions Stock pour lequel il reçoit le Prix Femina le 3 novembre dernier.

Notre avis
Ce livre est un petit bijou. 154 pages, aérées, faciles à lire qui s'absorbent en une cuillérée. On se demande, avant de s'y plonger : « Où on va, Jean-Louis ? ». Où cet auteur singulier, réputé fantasque (il ne faut pas oublier qu'il fut le compère de Pierre Desproges), va-t-il oser nous mener sur un terrain aussi sensible ? Difficile de parler du handicap, même lorsqu'on en a toute la légitimité. Et bien Jean-Louis nous joue la comédie. Deux fils handicapés n'ont pas réussi à le figer dans la souffrance, la compassion. Il se flagelle, certes, mais avec du poil à gratter. Et son humeur est contagieuse. On rit, on rit, comme dans le film que nous vous avons présenté sur handicap.fr, L'art de la pensée négative.

Le handicap à la fête
Dans le monde très « sinistrement correct » du handicap, l'heure est à la fête. Serait-il bien loin le temps où handicapé rimait avec pitié, charité ? Des évolutions, des révolutions sont en marche. Le syndrome « Timsit » en prend pour son grade. Il y a quelques années encore, l'humoriste avait du présenter des excuses pour avoir fait de l'humour « anti handicapé ». Aujourd'hui le handicap deviendrait-il inspirateur de comédie ? « C'est très sain comme mode de pensée mais il faut une certaine subtilité pour arriver à ca. Avec mon petit bouquin, j'ai peut-être ouvert une brèche, déclare Jean-Louis Fournier. »

Mais cette forme de légèreté n'empêche pas la profondeur. Il faut oser écrire : « Les parents d'enfants handicapés avec invalidité permanente avaient droit à la gratuité de la vignette automobile. En 1991, date de sa disparition, on n'a plus eu intérêt à avoir des enfants handicapés ». Quel culot! Les perles fusent, la vérité s'exprime. Il y dans ces mots tant de tendresse... Je ne résiste pas, avec l'autorisation de l'auteur, à vous livrer quelques bribes de cette délicieuse et audacieuse déclaration d'amour. Attention : pour comprendre, il faut savoir lire entre les lignes !

Perles acides
-« Grace à vous, j'ai eu des avantages sur les parents d'enfants normaux : Je n'ai pas eu de souci avec vos études, ni votre orientation professionnelle. (...) Pas eu à m'inquiéter de ce que vous feriez plus tard : on a su rapidement que ce serait : rien. »
-« Si un enfant qui nait, c'est un miracle, un enfant handicapé, c'est un miracle à l'envers. »
- « Mathieu fait « vroum-vroum » avec sa bouche. Il se prend pour une automobile. Le pire, c'est quand il fait les 24h du Mans. Qu'il roule toute la nuit sans pot d'échappement. »
-« Et puis, la bas (à Lourdes), dans la foule, les processions, la nuit, je risque de les perdre et de ne plus jamais les retrouver. Ce serait peut-être ça, le miracle ? »

Leur demander pardon
Incisif, vous avez dit incisif ? Et pourquoi pas odieux, inapproprié, scandaleux... Au fil des pages, les mots et les images jaillissent, sans candeur mais avec une grande subtilité. Jean-Louis écrit tout haut ce que bon nombre de parents pensent tout bas. Des paroles de père nourries par la tendresse et le respect. Une façon de leur « demander pardon de les avoir loupés. » « J'ai réussi à ne pas tomber dans le pathos confie Jean-Louis, ni à l'inverse dans le cynisme. J'étais sur un fil comme un somnambule qui ne doit pas se réveiller. Et je ne me suis réveillé qu'après avoir terminé le livre. Comme si il m'avait été dicté par mon inconscient. »

Déjà un best seller
Où on va, papa ? a reçu un accueil unanime. 200 000 lecteurs, parents d'enfants handicapés ou non, médecins qui le confient à leur personnel soignant... Jean-Louis Fournier est également convié à participer à une conférence en milieu hospitalier sur le thème du rire, médiateur extraordinaire, médecin hors paire. La plupart des  associations d'enfants handicapés ont également répondu présent, au point de souhaiter en faire un livre « obligatoire ». Il y a dans ces pages de la vérité, de la douleur, de l'amour, de la culpabilité...
La vie en somme ! Celle où le rire côtoie les larmes, et où l'amour signe la plus jolie de préfaces.

Commentaires

Réagissez à cet article
 

Le 12/11/2008 par Patricia Turcotte :
Mes sincères félicitations, Monsieur Jean-Louis Fournier, pour ce livre. Et, surtout pour l'humour qui va guérir les cœurs blessés et handicapés.Parce que si on pouvait voir avec nos yeux, les personnes souffrantes émotivement, amoureusement, psychologiquement etc, on verrait que bien des personnes sont aussi handicapées à leurs façons personnelles. Tous auront besoin de lire votre ouvrage qui semble être un vrai remède pour la solitude, la tristesse, les tensions devant un être cher vivant avec un handicap etc. Bravos milles fois bravo !

Le 15/11/2008 par Liliane :
Savoureux de tendresse, d'humour et ... de réalité ! La personne avec handicap est avant tout UNE PERSONNE qu'il ne faut pas réduire à sa différence, elle est riche de tant de trésors à découvrir, mais il faut les mériter ...Je sais de quoi je parle,je suis maman d'un homme autiste de 42 ans, resté un petit garcon malgré son âge, mais qui nous a appris tant de choses magnifiques ...

Soumettre un commentaire
Rappel : merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux... Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants.